Chronique de la galette des rois : la fève qui portait malheur

Gastronomie

09JAN . 2020

  • Home
  • Gastronomie
  • Chronique de la galette des rois : la fève qui portait malheur

newsletter

Gastronomie

Chronique de la galette des rois : la fève qui portait malheur

09 JANVIER . 2020

Écrit par Aymeric Mantoux

Que se cache dans la galette ? Petite chronique de ces fèves qui n’ont pas porté chance, comme le voudrait la tradition…

Par Aymeric Mantoux

galette1

D.R

D’ordinaire, c’est bien connu, même les plus grands se disputent les faveurs de l’Épiphanie qui a lieu tous les 1ers dimanches de janvier, mais qui s’étale généralement sur plusieurs jours, voire plusieurs semaines. A la maison, chez des amis, ou au bureau, la galette des rois (et des reines, #metoo oblige) est toujours l’occasion de petits calculs et mesquineries pour obtenir qui la plus grosse part, qui la couronne de reine, mais surtout la fève. Toujours ? Plus depuis qu’un célèbre pâtissier parisien, en 2017 et en 2018, Eric Kayser, pour ne pas le citer, a eu l’idée, par superstition ou pour conjurer le sort (ou tout simplement par poésie), de glisser dans ses galettes généreusement garnies de frangipane, des figurines représentant… un chat noir ! Depuis le moyen âge, les félins noirs, assimilés à des incarnations du démon Belzébuth sont voués aux gémonies parce qu’ils étaient assimilés au mal. Voilà pourquoi on dit que croiser un chat noir porte malheur.

François Fillon, candidat malheureux à la présidentielle de mai 2017, en sait quelque chose… en janvier de la même année, il réunit à son QG de campagne 200 invités pour tirer les rois. Au menu, des galettes de chez Kayser fourrées de crème d’amande et garnies des fameux chats noir en porcelaine ! La légende voudrait que Fillon ait reçu une part garnie d’un chat noir et l’aurait discrètement soustraite au regard de ses voisins. Quelques jours plus tard, le Pénélopegate éclatait, mettant fin à la campagne par ricochet, ainsi qu’à la carrière politique de l’ancien premier ministre.

galette

D.R

La malédiction politique attachée à cette fameuse galette ne s’arrête pas là. Un an plus tard, alors que la France et Paris étaient sur les rangs pour organiser l’exposition universelle de 2025, Jean-Christophe Fromentin, maire de Neuilly et alors président d’ExpoFrance 2025, savoure une galette de chez Kayser en compagnie de ses collaborateurs. Rebelotte, la fève au chat noire frappe encore. Deux semaines plus tard, le Premier Ministre Edouard Philippe décide brutalement de retirer la candidature française pour l’Exposition universelle… Alors un conseil, à la prochaine galette, prétextez une allergie à la frangipane, aux amandes, au gluten (c’est tendance), ou une bonne résolution de début d’année pour prendre soin de votre ligne, mais ne touchez à rien et tout ira bien. Ou pas. Mais au moins, vous n’aurez pas forcé le destin. Après tout, on a coutume de dire qu’un homme averti en vaut deux. On vous aura prévenus.

A.M

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
5 façons de se faire la malle avec panache

5 façons de se faire la malle avec panache

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
« Nous sommes de la viande », Francis Bacon du texte à l’image au Centre Pompidou

« Nous sommes de la viande », Francis Bacon du texte à l’image au Centre Pompidou