Le style Michel Piccoli, la France des années 70

Cinéma & Séries

26MAI . 2020

newsletter

Cinéma & Séries

Le style Michel Piccoli, la France des années 70

26 MAI . 2020

Écrit par Guillaume Cadot

Il n’avait pas la bonhomie patriarcale d’un Noiret, ni le comique espiègle d’un Rochefort, ni le style débonnaire d’un Marielle. Michel Piccoli incarnait la virilité des années 70 au cinéma comme ces trois Grands Ducs. Une génération qui s’habillait à la ville comme à l’écran, où le costume cravate était la panoplie masculine quotidienne de la petite bourgeoisie comme l’a dépeint les films de Sautet. Il aura joué un demi-siècle de grand cinéma, appartenant à la race des Seigneurs qu’il est allé rejoindre là-haut…. Une grande carcasse imposante, une voix présente, un être fantasque qui a campé des excentriques, des perturbés, des loufoques, des menaçants avec à chaque fois des costumes qui donnaient une force d’expression à ses personnages hauts en couleurs. Hommage stylistique en 5 films.

Par Guillaume Cadot

le_mepris

Le Mépris, D.R

1. Le Mépris (1963)

Michel Piccoli et le cinéma de la Nouvelle Vague signé Godard bien sûr, mais avec les fesses de Brigitte Bardot à l’écran qui vampirisent le cadre du film ! On crie au génie du cinéma encore aujourd’hui, du pur Godard pour ceux qui aiment, tourné sous la chaleur de Capri à la splendide villa Malaparte telle une mythologie grecque dans laquelle Michel Piccoli arbore la tenue « Nouvelle Vague » : costume clair, cravate dénouée et Trilby renversé sur la tête. Vous avez remarqué ? On retrouve ce style sous les traits de Belmondo dans “A bout de Souffle”… 

 

 

les_choses_de_la_vie

Les choses de la vie, D.R

2. Les Choses de la vie (1970)

La rencontre Piccoli-Schneider-Sautet, ou la France bourgeoise des années 70 qui file sur les routes nationales, cigarette au bec. Un film romanesque à la française comme Sautet sait si bien les capturer. Romy Schneider éclatante de beauté sous la caméra du réalisateur, joue la maîtresse de Michel Piccoli, architecte vivant sa crise de la quarantaine. Elle lui achète des chemises Arnys pour aller avec son costume gris moyen et sa cravate sombre, panoplie typique de l’homme viril de cette époque sans sportswear.

 

 

max_et_les_ferrailleurs

Max et les ferrailleurs, D.R

3. Max et les ferrailleurs (1971)

Retrouvailles Piccoli-Schneider dans ce film très personnel de Claude Sautet. L’acteur aurait déboulé sur le plateau avec un costume choisi par ses soins chez un spécialiste du vêtement pour policiers en civil : un croisé gris sombre, chemise blanche et cravate noire, coiffé d’un Fedora en feutre. Le personnage de Max, froid et machiavélique ,était né, tourmenté par la beauté fatale de Lily (Romy Schneider) portant divinement son couvre-chef.

 

 

la-grande-bouffe-2

La grande bouffe, D.R

4. La Grande Bouffe (1973)

Dans cette fresque orgiaque, Michel Piccoli s’est régalé à jouer l’extravagant. Il campe un homosexuel suicidaire producteur de télévision, dont le face-à-face avec une tête de veau, habillé d’un col roulé acrylique rose bonbon et des gants de plastique orange signera l’excentricité du personnage.

 

 

Vincent_Francois_Paul_et_les_autres

Vincent, François, Paul et les autres, D.R

5. Vincent, François, Paul et les autres (1974)

La France grise et médiocre des années 70 de Claude Sautet. Une touchante, intense mais douce fresque sur la vie et l’amitié d’une bande de copains se retrouvant le week-end à la campagne pour manger, boire et parler des choses de la vie… Cigarettes à table, cigares et ses digestifs en fin de repas, on desserre la cravate de sa chemise à grand col, on porte toujours une veste sombre ou un pull à col V. C’est la bande Montand, Reggiani, Depardieu et Piccoli qui délaisse pour une fois la chemise blanche au profit du bleu ciel, perdue dans ses désillusions, comme pour espérer des jours meilleurs.

G.C

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Gastronomie à ciel ouvert, l’art du pique-nique

Gastronomie à ciel ouvert, l’art du pique-nique

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Spiritueux et cinéma : 5 rencontres pour trinquer

Spiritueux et cinéma : 5 rencontres pour trinquer