Créole, Thaïlandais ou Japonais, 3 recettes au curry pour un voyage immobile

Cuisine

25JUIN . 2020

newsletter

Cuisine

Créole, Thaïlandais ou Japonais, 3 recettes au curry pour un voyage immobile

25 JUIN . 2020

Écrit par Adele Hugot

Avouez, ça ne vous a pas déplu, de cuisiner pendant le confinement… Et si vous avez grandement apprécié le retour en terrasse tout comme vous vous vous hâterez vers vos bonnes adresses lors de vos douces soirées d’été, vous n’avez pas pour autant envie de perdre ce rythme “maison”… Sans compter que (ça tombe bien) le vol long courrier n’est pas d’actualité. Alors à défaut de faire vos valises pour une destination lointaine et inconnue, affûtez vos papilles et préparez-vous à une petite virée en terrain pas complètement inconnu qui vous fera découvrir les secrets du curry !

Par Adèle Hugot

 curry

Mais qu’appelle-t-on au juste “curry” ? Une poudre ? Une pâte ? Un plat ? On finit vite par se mélanger les pinceaux avec ce terme un peu fourre-tout. Le mot en lui-même est très probablement un anglicisme dérivé du tamoul “kari”, désignant les épices destinées à l’assaisonnement. Le curry est donc un mélange d’épices mais également un plat accompagné de riz. On le retrouve en Inde bien sûr mais également en Asie du Sud Est ou encore au Japon… Mais rassurez-vous, on ne va pas vous faire un cours sur les origines du curry, on préfère partager avec vous trois recettes qui feront aimer le curry à n’importe qui, en toute saison… Version créole, thaïlandaise et japonaise, aujourd’hui, on vous fait voyager !

 

curry-1

Le savant équilibre du curry

Il est composé d’aromates ou d’épices, le mélange peut être simple ou complexe. Avant toute chose, il est impératif de commencer par le faire chauffer dans un matière grasse. Les indiens utilisent du ghee, ce beurre clarifié qui ne brûle pas et permet aux épices d’exhaler tout leur parfum.

Ce mélange doit être épaissi : en fonction des régions on utilise du yaourt, de la crème ou encore du lait de coco qui apporte un côté doucereux, ô combien salvateur quand le curry contient force piment !

A cet assemblage de saveurs, il est impératif d’ajouter une pointe d’acidité qui se mêle aux épices et apporte une touche piquante ; on utilise le plus souvent des tomates, du yaourt, du tamarin ou encore du citron vert.

 

 1. Curry de poulet à la créole

 Idéal pour les débutants et ceux qui n’aiment pas le piment, il est d’inspiration créole et à base de curry en poudre que l’on trouve facilement au rayon « épices ».

 curry-2

  • poulet fermier coupé en morceaux
  • 2 càs d’huile neutre
  • 3 oignons hachés
  • 2 gousses d’ail
  • 1 càs de curcuma
  • 1 càs de cannelle
  • une pincée de poudre de piment
  • 1 morceau de gingembre frais râpé de 3 cm ou une càs de gingembre en poudre
  • 3 càs de poudre de curry
  • 1 cuillère à soupe de concentré de tomates
  • 20 cl de bouillon de volaille
  • 15 cl de crème liquide
  • 1 citron vert
  • 1 càs de coriandre ciselée

 

Faites chauffer l’huile dans un cocotte. Faites dorer les morceaux de poulet quelques minutes puis retirez les de la cocotte.

Ajoutez les épices et mélangez, laissez cuire 5 minutes à feu moyen en faisant bien attention qu’elles ne brûlent pas, elles donneraient au plat trop d’amertume.

Ajoutez ensuite les oignons, l’ail et le gingembre, mélangez bien et laissez dorer une dizaine de minutes. Versez ensuite le concentré de tomates et faites revenir le tout encore une minute. Vous devez obtenir une sorte de pâte colorée.

Ajoutez ensuite le poulet et le bouillon, remuez bien le tout. Baissez le feu et laissez mijoter à couvert 45 minutes.

Au moment de servir, versez la crème et le jus de citron vert et parsemez de coriandre fraîche. A déguster avec un riz basmati, de préférence.

 curry-5

En plus : Vous pouvez réaliser ce curry avec des légumes. Ce plat doit mijoter, privilégiez les légumes à chair ferme afin qu’ils ne se délitent pas lors de la cuisson. Pour cette raison, il n’est pas conseillé d’utiliser des fruits de mer ou du poisson. Il est possible de remplacer la crème par du lait de coco, si c’est le cas, doublez la quantité de concentré de tomates afin d’apporter un peu plus d’acidité !

 

 

 2. Curry marin thaïlandais à la crème de coco

Direction la Thaïlande avec cette recette de curry jaune ! Pour ce faire, on utilise une pâte à la couleur orangée due à la présence du curcuma qui se marie parfaitement avec les poissons, coquillages et crustacés. Vous la trouverez facilement au rayon cuisine du monde ou dans les épiceries asiatiques. Emballée de façon hermétique, elle se conserve très longtemps au réfrigérateur.

curry-6

D.R

 

  • 1 càs de pâte de curry jaune
  • 2 tiges de citronnelle
  • 150 g d’haricots mange-tout
  • le jus de 2 citrons verts
  • 500 g de crevettes crues
  • 2 cuillères à soupe de coriandre ciselée
  • 1 càs de basilic thaï ciselé
  • 1 piment rouge haché
  • 2 cuillères de ciboules ou oignons nouveaux ciselées
  • 30 cl de crème de coco
  • 1 càs de pulpe de tamarin
  • 1 càs de sauce poisson

 

Faites chauffer la pâte de curry dans un wok ou une sauteuse à feu moyen jusqu’à ce qu’elle fume. Ajoutez la moitié de la crème de curry et poursuivez la cuisson jusqu’à ce que vous obteniez une petite ébullition. Ajoutez la citronnelle en remuant, si ça attache n’hésitez pas à mettre un peu d’eau. Ajoutez les haricots plats et laissez cuire 3 minutes.

Versez la pulpe de tamarin, la moitié du jus de citron et la sauce poisson. Mélangez bien et ajoutez les crevettes. Laissez mijoter 5 à 10 minutes en fonction de la taille de vos crevettes.

Au moment de servir, ajoutez le reste du jus de citron et parsemez d’herbes.

Parfait avec un riz au jasmin.

 curry-7

En plus : La sauce poisson appelée nam pla en Thaïlande et nuoc nam au Vietnam est un condiment salé essentiel. Il s’agit d’un liquide issu du salage et de la fermentation de petits poissons. Si vous avez la main lourde avec ce type de condiment, rajoutez du citron vert pour atténuer son goût salé. La pulpe de tamarin est présentée sous forme de pâte, pour l’utiliser il suffit de la diluer avec un peu d’eau chaude. Elle apporte de l’acidité mais aussi un côté acidulé aux plats.

 

 3. Kare rice à la japonaise

Ou la version japonaise du curry ! Difficile à croire mais ce curry roux est quasiment le plat national du Japon. Ragoût à la sauce foncée et épaisse, il est réalisé à l’aide de petites tablettes. Doux, médium ou hot c’est à vous de voir !

 curry-3

  • 500 g de viande à mijoter (boeuf ou porc)
  • 2 oignons
  • 3 carottes
  • 1 branche de céleri
  • 3 pommes de terre
  • 1 gousse d’ail
  • 25 cl de bouillon
  • 1 càs d’huile neutre
  • 8 portions de curry japonais (tablette)
  • Un trait de sauce soja japonaise.

 

Coupez la viande en cubes. Epluchez les légumes et coupez en dés les carottes et les pommes de terre. Emincez le céleri et les oignons, écrasez la gousse d’ail.

Dans une cocotte, versez de l’huile et faites revenir les dés de viande, ils doivent être colorés. Débarrassez la viande.

Mettez les oignons dans la cocotte, remuez bien. Ajoutez les carottes, le céleri et l’ail. Continuez la cuisson, le mélange doit légèrement brunir. Remettez la viande et déglacez avec le bouillon. Grattez le fond de la cocotte afin de décoller les sucs de cuisson et poursuivez la cuisson environ une heure. Ajoutez ensuite les pommes de terre et laissez cuire encore 30 minutes.

Mettez ensuite les carrés de curry de la tablette dans la cocotte. Incorporez les un par un en remuant entre chaque ajout, cela permet de contrôler l’épaisseur de la sauce.

Versez un trait de sauce soja et servez immédiatement avec du riz.

 curry-4

En plus : La sauce soja remplace le sel dans la recette. Vous pouvez préférer ce dernier si vous vous sentez plus à l’aise avec un assaisonnement traditionnel. Les végétariens pourront remplacer la viande par des courges, comme le kabocha, potiron japonais légèrement sucré, ou une butternut. Ajoutez-le en même temps que les pommes de terre.

A.H

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Les Hardis en Champagne

Les Hardis en Champagne

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Portrait : Pierre-Alain Challier, un gentilhomme au XXIe siècle

Portrait : Pierre-Alain Challier, un gentilhomme au XXIe siècle