André Masson ,

L'érotisme poétique du surréalisme

Eros

08SEPT . 2020

newsletter

Eros

André Masson

L'érotisme poétique du surréalisme

08 SEPTEMBRE . 2020

Écrit par Laure Martin

On vous avait déjà parlé des surréalistes (ici et ) et de leur amour pour le sensuel… André Masson, figure incontournable du mouvement surréaliste, n’a eu de cesse de livrer une production artistique singulière marquée par les mythes, la nature, la poésie et bien sûr, l’érotisme. Découverte.

andre-masson

Comment résumer l’existence complexe et bouillonnante d’André Masson ? Né en 1896 dans un petit village de l’Oise, il part très jeune vivre à Bruxelles, ville dans laquelle il se forme très tôt à la peinture à l’Académie royale des beaux-arts.

S’ensuivent des voyages à travers l’Europe où il découvre la Toscane et Berne… avant que la guerre n’éclate. Envoyé au front, il est grièvement blessé et s’en sort de peu. Cette expérience décisive marquera sa vie. Et à travers son œuvre qui provoque sans cesse, il n’aura de cesse de questionner son sens.

andre-masson-manray

Man Ray, Portrait d’André Masson vers 1930 – Man Ray Trust – ADAGP, Paris, 2005

Se souvenir que la réalité est cachée, qu’il faut la faire exploser

L’approche artistique de l’artiste pourrait se résumer à ses quelques lignes écrites dans Métamorphose: « Se souvenir que la réalité est cachée, qu’il faut la faire exploser ». Associé au mouvement surréaliste, qu’il intègre dès 1924, André Masson est avant tout connu pour ses « dessins automatiques » – inspirés du principe de l’écriture automatique qui permet de créer une œuvre tout en s’émancipant de la raison – et par la réalisation de « tableaux de sables », qu’il réalise en disposant de la colle de manière aléatoire sur une surface avant d’y ajouter du sable.

La nature, vivante et sensuelle

Mais la vision singulière de Masson s’exprime avant tout à travers des thématiques complexes et poétiques. Par le biais d’un univers très personnel, il construit un monde onirique marqué par l’élaboration d’une mythologie violente et érotique.

Au début des années 1920, il a pour projet de « faire entrer la philosophie dans le tableau ». Pour cela, il s’inspire de la nature qu’il érige en tant que symbole de la vie. Dans l’œuvre Les Quatre Éléments dans laquelle il représente l’air, le feu, la et la terre dans une composition aux inspirations cubistes, il intègre à l’arrière-plan, une silhouette féminine, créatrice du cosmos. Pour Masson, la nature n’est jamais nature morte. Elle est vivante, sensuelle.

Éros et Thanatos semblent jalonner sa pensée et le sentiment amoureux s’infiltre peu à peu dans ses œuvres. Dans La Métamorphose des amants, il représente la fusion de deux êtres aimés. Ici, l’acte amoureux donne à voir une étreinte ardente marquée par la fusion des corps. Cette scène, hors de toute temporalité, semble n’avoir aucune limite.

La métamophose des amants 1938

André Masson, La métamorphose des amants, 1926, Paris, Musée national d’Art Moderne

« Que voulez-vous exprimer dans votre œuvre ?

– Exprimer, avec les moyens de la peinture, les rapports intimes et secrets des choses, les correspondances et les analogies. » – André Masson

Cette dichotomie entre nature et sensualité trouve son paroxysme lorsqu’en 1955, il crée un tableau à la demande de Sylvia Bataille et Jacques Lacan… afin de dissimuler l’un des plus grands scandales de l’histoire de l’art : L’Origine du Monde de Gustave Courbet (souvenez-vous, on vous en parlait ici). Pensé comme un cache que l’on appose sur l’œuvre de Courbet, Masson réalise alors un paysage surréaliste, Terre Érotique, dans lequel il réinterprète le motif de la toile. Et c’est précisément en reprenant les formes originelles du tableau de Courbet tout en les transposant au sein d’une nature flamboyante qu’il réalise la plus belle des fusions : Le corps féminin et le paysage ne font plus qu’un (image à la une, ndlr)

gustave-courbet-andre-masson-l-origine-du-monde-photo-1955

L’oeuvre d’André Masson masquant L’Origine du Monde de Gustave Courbet (1866)

Illustrer le livre érotique

Mais, l’œuvre d’André Masson ne s’arrête pas au médium de la peinture ou du dessin. Toute une partie de son travail consiste à illustrer des livres. On dénombre pas moins de cent vingt ouvrages – dont ceux de Masson lui-même – qui ont été enrichis de dessins, lithographies et eaux-fortes.

histoire de l'oeil

Histoire de l’oeil, l’oeuvre de Georges Bataille illustrée par André Masson en 1928

Parmi cette très longue liste, Masson illustre plusieurs œuvres érotiques emblématiques. La première n’est autre que l’Histoire de l’oeil, écrit par son cher ami Georges Bataille. Selon la légende, Bataille aurait réalisé le livre sur ses pauses-déjeuner lorsqu’il travaillait à la Bibliothèque Nationale… Pour cette œuvre littéraire scandaleuse qui décrit les expériences sexuelles de deux adolescents et leur perversité croissante, Masson réalise huit lithographies transgressives inspirées des scènes principales du récit.

 

con-irene

Louis Aragon et André Masson, Le Con d’Irène, 1928, DR

Pour Le Con d’Irène, célèbre récit érotique d’Aragon, dans lequel l’auteur y célèbre le bonheur et la volupté éprouvé par une jeune femme lorsqu’elle fait l’amour, Masson prêtera aussi son trait. Grâce à la vivacité et à la virtuosité de sa ligne, il retranscrit chaque scène avec poésie et érotisme. Il représente des corps qui se font et se défont au gré des relations corporelles… Retranscrivant à la perfection, comme toujours, toute la beauté du désir et la complexité de l’étreinte amoureuse. Un sujet infini.

L.M

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Hasta la Vigna : le bonheur loin de la plage

Hasta la Vigna : le bonheur loin de la plage

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Nouveaux artisans des spiritueux oubliés

Nouveaux artisans des spiritueux oubliés