Sir Terence Conran ,

Le style en état de siège

Culture

16SEPT . 2020

newsletter

Culture

Sir Terence Conran

Le style en état de siège

16 SEPTEMBRE . 2020

Écrit par Frédéric Brun

Le gourou anglais de l’art de vivre et du confort moderne, promoteur du Good Design, s’est éteint à 88 ans, après avoir révolutionné la distribution du design et exploré avec gourmandise ses territoires de prédilection, en visionnaire touche-à-tout.

Terence-Conran

DR

Terence Conran était Anglais, collectionnait les Bugatti à pédales et se chaussait chez J.M Weston. Cela fait déjà beaucoup de qualités pour un seul homme. Au fog londonien, il préférait la fumée des Havanes. Quatre Epicure n°2 de Hoyo de Monterrey étaient son hygiène quotidienne. Selon les photos, les volutes lui donnaient de faux airs de Peter Ustinov ou de Philippe Noiret.

 

Un Anglais épicurien amoureux de la France

Ses chemises étaient souvent bleues, dans la teinte dite « Conran blue », mais son pêché mignon étaient les chaussettes à rayures bayadères multicolores dont il se fournissait chez Richard James, sur Savile Row. Pour ses costumes confortables et souples, il se mettait entre les mains de David Chambers, l’un des maîtres tailleurs les plus discrets de Londres. Lorsque l’on s’approchait de lui, son sourire charmeur enveloppait l’interlocuteur aussi sûrement que les effluves d’Aqua Di Parma dont il raffolait.

View this post on Instagram

Terence Conran was a monumental influence to so many of us. Through his shops, restaurants, books and Design Museum – I learned that becoming a designer is not simply a matter of being good at your chosen discipline, but that it is ultimately fulfilling to experience life holistically and appreciate simple, well-made pleasures. Terence made this accessible and affordable, democratising good design for everyone. What a legacy to celebrate and for that I salute you. #terenceconran

A post shared by Julian Roberts (@julian_roberts) on

Pour le reste, c’est vers Paris que ce londonien, né le 4 octobre 1931 à Kingston-upon-Thames, amoureux de belle gastronomie et de bistrots, a toujours lorgné. Sa montre Tank de Cartier restait réglée à l’heure française. Méfiant sur les raccourcis, surtout ceux de l’esprit, il aimait les chemins de traverses et les regards obliques. Pas étonnant si sur sa table de chevet dormait The Art of Looking Sideways, le délicieux livre d’Alan Fletcher, et dans son réfrigérateur, une bouteille de Bourgogne blanc.

Terence Conran habitait le quartier de Marylebone et rêvait de vivre à Tokyo, mais c’est en France qu’il s’évadait le plus souvent. Il n’était pas rare de le voir prendre son petit-déjeuner dans les cafés de l’Ile Saint Louis. Le Grand Hôtel des Bains, à Locquirec en Bretagne, était sa villégiature favorite, l’été. Il confessait avoir fait un de ses meilleurs gueuletons chez Michel Bras, à Laguiole, au cœur de l’Aveyron.

terence-conran-2

Conran et sa femme Vicki en cuisine, chez eux en France, en 2005 © Maurice Rougemont/Gamma-Rapho/Getty

Pas étonnant qu’il se soit porté acquéreur, avec l’éditeur Paul Hamlyn, de la Michelin House, sur Fulham Street, lorsque la marque auvergnate quitta les lieux en 1985. Du vaste bâtiment Art Nouveau, orné de céramiques et de vitraux Belle Epoque vantant les mérites des pneumatiques, il allait faire l’un des restaurant les plus courus de la capitale anglaise avec son Bibendum Restaurant & Oyster Bar ouvert en 1987. Un Bibendum dont il collectionnait les représentations.

terence-conran-3

Terence Conran photographié pour The Week, UK, au début des années 2000.

 

Un détaillant attentif aux détails

Pablo Picasso avait le nez creux et le sens de l’aisance. Il lui suffira de voir un dessin de la fameuse chaise créée par Terence Conran pour en commander deux pour son atelier. Le jeune designer a fondé en 1956 le Conran Design Group, un studio créatif voulant développer des objets d’intérieur et du mobilier contemporain. Les sièges, en particuliers les fauteuils, notamment de confortables Lounge Chair, seront au centre de ses créations toute sa vie durant.

View this post on Instagram

Terence Conran (1931-2020), designer, entrepreneur, founder of Habitat & The Conran Shop, the Design Museum in London, dies aged 88. Famous for his unique aesthetic, icon of the modern European art de vivre in the 1970s. #rip #terenceconran

A post shared by Charles Geoffrion (@charlesgmagne) on

Il est temps de revoir l’épisode de la série Absolutely Fabulous dans lequel Edina Monsoon et Patsy Stone entrent dans un Conran Shop et demandent à Sir Conran himself de refaire la vitrine.

Ces jours-ci, toutes les nécrologies rappelleront sa formule la plus célèbre : « Les gens ne savent pas ce qu’ils veulent jusqu’à ce qu’on leur propose ». Un principe simple dont il fit un mode de présentation visionnaire de ses créations en mettant en scène dans ses magasins des pièces meublées et décorées, à la manière d’un appartement, pour imaginer les meubles et objets en situation.

View this post on Instagram

Terence Conran #terenceconran

A post shared by BEAU-TRAPS (@beau_traps) on

C’est le point de départ de ses premiers magasins, Habitat, en 1964, puis The Conran Shop, à partir de 1973. Il fonda aussi les griffes Next et Mothercare. Un coup de tonnerre à l’époque dans l’univers certes feutré mais compassé des boutiques d’ameublement.

Un coup du tonnerre, puisque des suédois répandront cette manière innovante de faire sous l’enseigne Ikea. C’est en 1992 que The Conran Shop s’installe sur le continent, dans l’entrepôt historique du Bon Marché à Saint-Germain-Des-Prés, un bâtiment conçu par Gustave Eiffel.

View this post on Instagram

From Terence Conran’s Garden Style book. Robert Mallet-Stevens dining chairs, ca. 1931. . . . . #terenceconran #design #homedecor #vintagefurniture #furniture #mcm #antiques #interior #archdigest #modernist #midcenturymodern #interiordesign #architecture #home #france #homedesign #interiordesigner #designer #decoration #inspiration #interiordecor #interiorstyling #apartamentomagazine #archdaily #artbasel #vintage #piasa #artcollective #dezeen #houseandgarden

A post shared by @ ___habitat on

Un gourmet devenu restaurateur

Comme il aurait aimé être jardinier, il cultivait volontiers ses passions. Simultanément et en parallèle. Comme dans un potager. Ainsi, le concepteur de meuble sera-t-il aussi un restaurateur reconnu. Dès les années 70, il profite des sous-sols inutilisés de son magasin pour créer le Neal Street Restaurant, dont il fait illustrer la carte par David Hockney.

neal-street-david-hockney

Le menu de Neal Street Restaurant, imaginé par David Hockney pour Terence Conran, DR

Gourmet et gourmand, il fut marié quatre fois et avait cinq enfants. Deux de ses fils, Jasper et Sebastian sont devenus des designers réputés. Si le travail quotidien de celui que ses amis appelaient toujours Terry, le rapprochait des ébénistes et des menuisiers, le weekend, à la campagne, dans sa belle maison géorgienne de Barton Court, dans le Berkshire, où il s’est paisiblement éteint, cet admirateur du céramiste japonais Kawase Shinobu faisait de la poterie. Un personnage.

vanity-fair-terence-conran

Terence Conran chez lui, à Barton Court, photographié par Vanity Fair.

Le fondateur du Design Museum

Guidé par son admiration pour Andrée Putman, David Chipperfield et Charles Eames, Terence Conran croyait en une approche simple et efficace d’un mobilier fait pour simplifier la vie et embellir le quotidien.

Sir Terence Conran

DR

Bien qu’intéressé par des courants comme le Bauhaus, et souvent inspiré par le style fonctionnaliste très sobre des artisans du mouvement Shakers, un courant protestant des Etats-Unis, il préférait une approche douillette et sensuelle du minimalisme. Cette philosophie le conduira à lancer, dès 1981, The Conran Foundation. Sa mission ? Mener des actions culturelles autour des valeurs du design, avec le projet « Boiler House Project » dont les travaux seront exposés au Victoria & Albert Museum de Londres.

En 1983, la reine Elizabeth II le fait chevalier pour son travail de designer mais aussi pour son action éducative. Le succès considérable à l’époque de cette initiative le conduit à transformer l’essai. En 1989, il reconvertit un ancien hangar à bananes sur les docks de Shad Thames, sur la rive sud de la Tamise, pour lancer le musée du design de Londres. La consécration viendra en 2003, lorsque Sir Terence Conran reçoit le Prince Philip Designers Prize. Farewell, Sir Terence. Ou plutôt : au revoir, Monsieur Conran.

F.B

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Rencontre : Eric Pfrunder

Rencontre : Eric Pfrunder

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Portrait : Muriel Giudicelli

Portrait : Muriel Giudicelli