En goguette à la Bourse de Commerce-Pinault Collection,

Nouveau lieu emblématique pour l’art contemporain

Art

21MAI. 2021

  • Home
  • Culture
  • Art
  • En goguette à la Bourse de Commerce-Pinault Collection

newsletter

Art

En goguette à la Bourse de Commerce-Pinault Collection

Nouveau lieu emblématique pour l’art contemporain

21 MAI . 2021

Écrit par Laure Martin

Photographies par Cosima Menier

Il en aura fallu du temps pour que la Bourse de Commerce-Pinault Collection ouvre ses portes, à Paris. Après de multiples reports dus à la crise sanitaire, le musée de l’hommes d’affaires et mécène François Pinault voit enfin le jour après plus de trois ans de travaux. L’ambition du projet ? Donner à voir au plus grand nombre une collection unique d’art contemporain en plein cœur d’un monument historique revisité. Pari réussi. On vous entraîne dans le dédale des oeuvres, au milieu de l'architecture époustouflante du XIXe siècle revue -et respectée- par Tadao Ando, avant l'ouverture officielle le 22 mai.

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-1

La Collection Pinault : une passion sans limites

L’amour de François Pinault pour l’art contemporain ne date pas d’hier. Et son envie de la transmettre non plus. Sa collection, initiée dans les années 70 avec l’acquisition du tableau, Cour de ferme en Bretagne de Paul Sérusier, n’a cessé de se développer et de se diversifier.

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-3

Parti de l’école de Pont-Aven, François Pinault découvre les Nabis qui le mènent vers le cubisme et les avant-gardes du XXème siècle. Puisque chaque curiosité en entraîne une autre, il est alors amené à se passionner pour l’abstraction, le minimalisme et enfin, à un art plus contemporain, tous courants et médiums confondus. De la peinture en passant par la vidéo sans oublier les installations et les performances, le spectre entier de l’art y passe. Le résultat ? Un ensemble exceptionnel de plus de 10 000 œuvres, de près de 380 artistes.

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-2

 

« De temps en temps, il y a l’exception, il y a le chef d’œuvre, qui vous tétanise, qui vous interpelle et là, c’est plutôt bon signe. » – François Pinault

 

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-4

Animé par l’envie de partager ses trésors au grand public, il décide d’ouvrir un premier lieu à Venise, le Palazzo Grassi, puis un deuxième en 2009, la Punta della Dogana et un dernier — pour le moment — en 2013, le Teatrino. Maître de l’art contemporain dans la cité des Doges, les projets culturels de François Pinault s’incarnent également en France avec la création d’une résidence d’artiste à Lens, d’un prix consacré à l’histoire de l’art (le prix Pierre Daix) mais aussi d’une politique de prêts intensive auprès des musées de région et de la capitale.

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-18

 

 

La Bourse du Commerce : un bâtiment unique pour un projet hors du commun

 « Depuis longtemps, je caressais l’espoir de pouvoir un jour présenter ma collection à Paris, dans cette ville que j’aime. » Concrétiser cet espoir a pris du temps. Mais le jeu en valait la chandelle puisque c’est là, à la bourse de commerce, dans ce bâtiment unique à deux pas des Forum des Halles et à quelques centaines de mètres du Centre Pompidou et du Musée du Louvre, que François Pinault expose sa collection.

Ce monument parisien traverse le temps et les générations, dans cette ancienne Halle aux Blés devenue Bourse des Marchandises après l’intervention de l’architecte Henri Blondel au XIXème siècle, et décorée de toiles marouflées monumentales, évoquant le commerce entre les cinq grands pôles du monde, par les artistes Evariste-Vital Luminais (L’Amérique), Désiré-François Laugée (La Russie et Le Nord), Victor Georges Clairin (L’Asie, L’Afrique) et Hippolyte Lucas (L’Europe). Le décor est réalisé entre 1886 et 1889, séparé de grisailles représentant les quatre points cardinaux par l’artiste Alexis-Joseph Mazerolle. Bref, comme le disait si bien Philippe Noiret, « c’est notre chapelle Sixtine à nous« …

Aujourd’hui réhabilité en partant de la configuration pensée pour l’Exposition universelle de 1889, l’édifice conjugue à merveille le charme de l’ancien et la vision créatrice résolument moderne de l’architecte Tadao Ando (oui, ce nom vous dit quelque chose, on vous en parlait ici)…

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-6

La rotonde de la Bourse de Commerce, composée de sa coupole culminant à presque quarante mètres de haut et son immense décor peint à 360 degrés représentant les échanges de marchandises entre tous les continents du XIXème siècle, dialogue désormais avec un cylindre de 29 mètres de largeur délimité par un mur en béton de 9 mètres de hauteur. Réalisation hors-du-commun, ce cercle en béton structure l’espace d’exposition du rez-de-chaussée, proposant un nouveau lien entre le passé, le présent et le futur.

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-14

 

Tadao Ando théâtralise le cœur du bâtiment par la présence du cylindre qui interpelle le visiteur, nimbé par les jeux d’ombre et de lumière

 

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-11

Le reste du bâtiment n’en est pas moins grandiose, le musée s’étendant sur plus de 10500 m2 avec une surface d’exposition de plus de 3500 m2 répartie en dix espaces distincts. De quoi pouvoir déambuler sereinement parmi certains des plus beaux chefs-d’œuvre de l’art contemporain.

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-10

 

 

Une collection d’art contemporain pointue et ouverte sur le monde

Les premiers pas dans le musée ne laissent planer aucun doute quant à la qualité de la programmation proposée et la grandeur — dans tous les sens du termes — des œuvres présentées. Au cœur de la rotonde, les sculptures/bougies de cire d’Urs Fischer illustrent la fuite du temps en se consommant petit à petit au fil des jours d’exposition.

Au centre se trouve une sublime réplique de L’enlèvement des Sabines de Jean Bologne, amenant ainsi un dialogue entre passé, présent et l’impossible arrêt du temps qui passe. Au rez-de-chaussée toujours, l’artiste américain David Hammons occupe une place de choix avec l’accrochage de nombreuses œuvres emblématiques de son travail et de son engagement politique.

Dans les étages supérieurs, le cabinet de photographie rend hommage à d’illustres photographes des années 70 à 90, exposant des artistes à la renommée internationale tels que Cindy Sherman, Martha Wilson, Michel Journiac ou encore Louise Lawler.

bourse-de-commerce-pinault-les-hardis-7

Le parcours de l’exposition se poursuit avec un accrochage axé autour de la figure humaine et de l’identité avec entre autres les travaux de Marlene Dumas, Kerry James Marshall ou encore Luc Tymans. Cette grande diversité de générations, médiums et sujets, illustre ainsi toute la richesse de la création artistique des années 60 à nos jours… Tout cela n’est pourtant qu’un aperçu d’une collection bien plus vaste qu’on a grand hâte de découvrir au fil du temps. On ne vous en dévoile pas plus : à visiter absolument, pour un moment à vous couper le souffle.

L.M


Bourse de commerce – Pinault Collection,
Ouverture samedi 22 mai à Paris
 2 Rue de Viarmes,
Paris Ier

Du lundi au dimanche de 11h à 19h
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h
Le premier samedi du mois, nocturne gratuite de 17h à 21h
Fermeture le mardi et le 1er mai

T. : 01 55 04 60 60
Réservation disponible (et obligatoire) sur internet
Billets 14 € et 10 € en tarif réduit

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
La boxe anglaise : un art, un vrai

La boxe anglaise : un art, un vrai

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Portrait : Rachael Blackmore

Portrait : Rachael Blackmore