Beau livre : Cordoba photographiée par Miles Aldridge,

Le petit dernier des Fashion Eye Louis Vuitton

Culture

27AVR. 2022

newsletter

Culture

Beau livre : Cordoba photographiée par Miles Aldridge

Le petit dernier des Fashion Eye Louis Vuitton

27 AVRIL . 2022

Écrit par La Rédaction

Cordoba. Brigitte Bardot aurait pu la susurrer dans la chanson. Son nom évoque l’Andalousie chaude, sèche et riche d’une culture mystérieuse, toute en cuir et en religion. Miles Aldridge l'a photographiée pour le dernier beau livre des collections Fashion Eye aux éditions Louis Vuitton. Lecture.

les-hardis-louis-vuitton-1

Miles Aldridge porte un patronyme bien connu : celui de son père, graphiste et illustrateur notamment des pochettes d’album des Beatles et des Rolling Stones. Né à Londres, Miles grandit dans les années 70 à Soho, sur fond de rock et de pop-art. Son père lui offre son premier appareil, un Nikon F. Le destin est lancé.

 

« Je suis tombé amoureux de Cordoue lorsque j’étudiais l’art. Je devais avoir 25 ans. Ma mère m’avait beaucoup parlé du poète Garcia Lorca (…) Je voulais découvrir le pays dans lequel il avait vécu, et dont la musique de Miles David m’avait donné un aperçu. » – Miles Aldridge

 

les-hardis-louis-vuitton-3

Après des études au Central Saint-Martins College of Art and Design, il se consacre entièrement à la photographie et collabore avec les Vogue anglais et italien, W, Numero, The New Yorker ou encore The New York Times Magazine, sans compter ses projets avec des artistes contemporains tels que Maurizio Cattelan, Gilbert & George ou Harland Miller. Le travail de Miles Aldridge bénéficie d’expositions monographiques à Stockholm, à New York et à Londres, et fait partie de grandes collections parmanentes : au Victoria & Albert Museum et à la National Portrait Gallery de Londres, au Musée Galliera de Paris.

les-hardis-louis-vuitton-5

Grand technicien de la couleur, le photographe n’use que de films argentiques pour son travail personnel. La lumière artificielle y est méticuleusement travaillée et les photographies sont le résultat de véritables scénarios réalisés à coups de croquis et de storyboard, dans une manière réellement cinématographique. C’est que le travail photographique de Miles Aldridge est marqué par sa formation de dessinateur et sa passion pour le cinéma : « couleurs vives et acidulées sous influence du pop-art américain, saturation visuelle et prolifération des éléments stimulent le regard dans des mises en scène parfois absurdes, dont l’humour est la clé de lecture. Ses narrations érotiques sont inspirées d’Helmut Newton ou d’Alfred Hitchcock, son univers dramatique est proche de David Lynch » lit-on ainsi dans le Fashion Eye Cordoba.

les-hardis-louis-vuitton-6

Et Cordoue, dans tout cela ? On laisse le mot de la fin à l’artiste : « mon père écoutait en boucle l’album Sketches of Spain, sur lequel figure un titre intitulé Saeta. Plus tard, j’ai découvert que le terme « saeta » désignait un style de chant pieux très intéressant, à mi-chemin entre prière et flamenco. (…) Il s’inscrit dans une tradition laïque et conte des histoires d’amour, de trahison, de meurtre et de vengeance. La saeta vient le transposer dans un univers religieux, faisant d’un chant tzigane une ode à la Vierge Marie. Cette révélation m’a donné l’envie furieuse de découvrir une Espagne authentique. »


Louis Vuitton Fashion Eye : Paris, 96 p. 50 €
Acheter le livre : c’est ici.

Prolonger le voyage et découvrir tous les albums Fashion Eye des éditions Louis Vuitton

Vous en voulez encore ? La Biennale de Venise vient d’ouvrir ses portes… L’occasion de relire notre article consacré au beau livre Louis Vuitton Fashion Eye Venice, où triomphe l’oeil du grand Cecil Beaton… De quoi vous donner l’envie de grandes fêtes.

 

Prolongez votre voyage avec les hôtels les plus hardis à Cordoba

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
5 escapades proches de Paris

5 escapades proches de Paris

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Pêcher et (ou) manger des écrevisses : une règle hardie

Pêcher et (ou) manger des écrevisses : une règle hardie