7 bonnes, vieilles et parfois nouvelles raisons de préférer Val d’Isère

Voyages

13FÉV . 2020

newsletter

Voyages

7 bonnes, vieilles et parfois nouvelles raisons de préférer Val d’Isère

13 FéVRIER . 2020

Écrit par Aymeric Mantoux

Courchevel ? Trop de princes arabes. Méribel ? Trop d’Anglais avinés. Megève ? Trop bas. En moins de temps qu’il n’en faut pour descendre un slalom géant, Val, pour les intimes, est revenu au sommet de l’élégance… et même du smart. La preuve par sept.

Par Aymeric Mantoux

 

1. Des tables en vogue

Pour les habitués ou les régionaux de l’étape qui en ont marre de la Grande Ourse, insubmersible, direction La Corniche, une jolie salle tradi pour un menu montagnard des plus classiques. Les amateurs de nouveautés et d’étoiles se retrouvent au Grain de sel, à la Table de l’ours ou à l’Atelier d’Edmond. Le paysage gastronomique à Val d’Isère a fait un bond qualitatif dans le temps et dans l’espace ces dernières années. Comme quoi, quand on veut…

Table de l’ours

La Table de l’Ours D.R

2. Le M’ bar est à la pointe

Autour du bar, de la cheminée ou des fauteuils club, the place to be pour siroter des old fashioned ou rincer les copains avec un magnum de Roederer. Le lieu de l’après-ski heureux, ou, encore mieux, de l’after diner. Derrière le bar, ce sont loin d’être des amateurs et nous sommes fans de l’ambiance et de la sélection de whiskies.

m-bar

Le M’bar, D.R

3. Les nuits sont de plus en plus folles (et pas que)

En haut de la télécabine (aux sièges chauffants s’il vous plaît !), La Folie Douce est à elle seule les douze tentations d’Hercule : restaurant, bar, cabaret, spectacle… où les jours sont souvent plus chauds que les nuits, ce qui est rare. La terrasse et la vue sont exceptionnelles, la cuisine au poil.

folie-douce

La Folie Douce © Folie Douce

4. L’ours a trouvé sa barme

Au pied de la face de Bellevarde, les Barmes de l’Ours, c’est le palace des neiges avec tout le raffinement, plus ce qu’on n’attendait pas : double piste de bowling privée, piscine, spa et gastronomie enlevée. L’occasion en plus de parfaire son vocabulaire et de se rappeler qu’une barme, c’est la caverne de l’ours qui hiberne, quand il ne se déhanche pas sur la piste de la Folie Douce. Rien que le petit déjeuner vaut le déplacement. C’est dire !

barmes-ours

Le Spa de l’hôtel Les Barmes de l’Ours © Les Barmes de l’Ours

5. Les bouteilles prennent leur pied

Depuis quelques saisons, Le verre à pied, ce n’est rien de moins que la plus belle cave à vin d’altitude ouverte par Lionel Catelan. Design sobre et ultra-efficace : champagne Egly Ouriet, mondeuse de chez Charles Trosset, et bien entendu les meilleurs Génépi. Comptez sur lui pour vous en conter toutes les subtilités. Les familles propriétaires de crus de Savoir n’ont aucun secret pour ce très grand professionnel.

verre-a-pied

Le Verre à pied, D.R

 

6. Mademoiselle ouvre ses portes

Forcément, avoir relancé le palace Les Airelles à Courchevel avec succès n’est pas anodin dans le parcours de Séverine Pétillaire, qui a débarqué à Val en 2017. Dans ses valises, le (trop) rare architecte d’intérieur Christophe Tollemer, qui lui a dessiné l’hôtel le plus contemporain possible, tout en respectant l’esprit d’une belle et grande maison de famille au ski. Résultat, cette grande demeure en pierre et bois  est depuis son ouverture en décembre dernier l’objet de toutes les convoitises de la part des voyageurs les plus exigeants.

mademoiselle

L’hôtel Mademoiselle © Mademoiselle

7. L’empereur est de retour

Il y a cinq ans, Mondher Abdennadher et Olivier Mouliérac, deux fils de pub, ont eu l’excellente idée de créer un sommet consacré à la créativité à la française et à l’innovation, baptisé Les Napoléons.

napoleons

© Les Napoléons

Nés sur les fonds baptismaux d’anciens festivals publicitaires et de médias qui se déroulaient dans des stations de ski comme Méribel ou Courchevel lorsqu’elles étaient à la mode, Les Napoléons se sont cherchés justement … un sommet ! Depuis, tous les ans en janvier, direction Val d’Isère pour quelques centaines de speakers, innovateurs et conférenciers, pour 3 jours de réflexion et de pas de côté.

A.M

On y va ?
La Corniche,
Immeuble La Corniche, Rue des Leissières,
73150 Val-d’Isère,
T. 04 79 06 18 75
Le Grain de sel, à l’hôtel Le Savoie, 
Avenue Olympique,
73150 Val-d’Isère
T. 04 79 00 01 15
La Table de l’ours,
Chemin des Carats,
73150 Val-d’Isère
T. 04 79 41 37 00
L’Atelier d’Edmond,
Rue du Fornet,
73150 Val-d’Isère
T. 04 79 00 00 82
Le M’bar,
Avenue Olympique, Place Frédéric Pétri,
73150 Val-d’Isère
T04 79 06 12 13
La Folie Douce
Lieu-dit télécabine,
73150 Val-d’Isère
T. 04 79 06 07 17
Hôtel Les Barmes de l’Ours,
Montée de Bellevarde,
73150 Val-d’Isère
T. 04 79 41 37 00
A partir de 450 € la nuit (tarif indicatif)
Le Verre à pied,
Résidence Les Andes,
73150 Val-d’Isère
T. 04 79 08 09 12
Hôtel Mademoiselle,
Rue des Téléphériques,
73150 Val-d’Isère
T. 04 79 22 22 22
Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
A Rétromobile, la jeune garde de l’auto ancienne

A Rétromobile, la jeune garde de l’auto ancienne

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Portrait de Luke Edward Hall, l’enfant terrible de la couleur

Portrait de Luke Edward Hall, l’enfant terrible de la couleur