A Seillans, l’Hôtel des Deux Rocs,
Le temps d'un week-end dans le Var

Hôtels & Chambres d'hôtes

11JUIN. 2021

newsletter

Hôtels & Chambres d'hôtes

A Seillans, l’Hôtel des Deux Rocs

Le temps d'un week-end dans le Var

11 JUIN . 2021

Écrit par Elsa Cau

Photographies par Elsa Cau et Pauline da Costa Sampieri

Oubliez la piscine, le luxe tapageur et le tous-services : séjourner à l’hôtel des Deux Rocs, c’est pénétrer une bastide de famille chaleureuse au cœur du petit village provençal de Seillans. Et en vivre la vie, le temps d’un week-end, pour notre plus grand bonheur. Bienvenue chez les Malzac, où il fait (très) bon vivre...

week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-1
week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-3

 

La belle maison bourgeoise s’élève dignement, proprement, sa façade blanchie à la chaux, au faîte de ce beau village de l’arrière-pays varois. A ses pieds, une placette et sa fontaine (évidemment), dont l’eau remplit les bouteilles en verre posées sur son bord, puis distribuées aux convives. Des platanes, du soleil, la vue sur les collines, un sirop d’orgeat à l’eau et le tour est joué : on ne serait pas étonné, ici, de voir débouler la belle sauvageonne Manon des Sources ou la mère aimée Augustine, descendant au marché. Oui, on se croirait dans un Pagnol et on s’y sent bien.

La maison vit au rythme de la pension de famille, l’ancienne, celle où faisait bon vivre. Ce qui nous frappe d’abord, c’est que tout est ouvert. Les cuisines, les bureaux, toutes les chambres inoccupées : les portes sont ouvertes, les courants d’air agréables par ces chaudes journées du mois de juin et pour un peu, on s’assiérait quelque part dans le hall d’entrée aux dalles fraîches, ou près de l’escalier, pour observer le remue-ménage et les allées et venues.

week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-4
week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-5

 

Nicolas Malzac nous accueille d’un large sourire. Quinze ans qu’avec Julie, son épouse rencontrée sur les bancs de l’Ecole hôtelière de Lausanne, il opère à Seillans. Quelques grandes maisons plus tard, les voici à la tête de l’Hôtel des Deux Rocs, auquel est venu s’ajouter le petit dernier, le Relais Notre-Dame, à peine inauguré dans les Gorges du Verdon.

C’est le mélange parfait : un service impeccable, attentif et un réel plaisir de recevoir, de rencontrer, de partager. Aux Hardis, nous l’avons remarqué au cours de nos pérégrinations, il est rare que les deux aspects soient réunis sous le même toit. Aux Deux Rocs pourtant, on se sent vite entre amis et l’on écoute avec bonheur les anecdotes de Nicolas Malzac, l’équipe en cuisine s’interpellant joyeusement, les gens discutant nonchalamment à toute heure sur la terrasse -le tout ronronnant aux petits soins de notre hôte attentif.

 

week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-7
week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-8

 

A l’intérieur, Julie et Nicolas se sont démenés pour reconstituer l’atmosphère d’une vieille maison de famille. Oui, la bastide avait souffert des affres des années 70 et du tout plastique, nous confie Nicolas. Heureusement, l’âme de la maison demeurait. D’ailleurs, on s’y sent bien. A chaque chambre -il y en a quatorze- son ambiance, toujours réconfortante. Toujours campagne, plutôt XIXe, avec quelques fantaisies placées çà et là : le tissu toile de Jouy blanc et bleu tendu aux murs, vestige de l’ancienne propriétaire, la chambre Empire, ses petits soldats et son tambourin, ou encore celle dédiée, avec humour, à la chasse, toute en tissus jaunes recouverts de chiens et de gibier à plumes.

week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-9
week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-11

 

Et la table ? Une surprise. On s’attendait à une cantine familiale, nous voilà devant de belles assiettes colorées qui répondent à une carte réduite et de grande qualité, la faute au chef Julien Beaudoire, formé chez Paul Bocuse et Christophe Blot, passé par le Sketch de Pierre Gagnaire et le Ninth de Jun Tanaka et d’Andy Hall. On s’est ainsi jetées goulûment sur le pâté-croûte de compétition et les artichauts du capitaine Haddock et noisettes, ravies des accords de saveurs entre haddock fumé et un cœur d’artichaut juste croquant.

week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-14

 

On a poursuivi les réjouissances par un superbe poulpe, Olé ! tomates et chorizo, aux olives noires relevant puissamment le goût et au poulpe fondant, parfaitement cuit et snacké ; et un fondant de cochon aux épices généreux et moelleux. Pour arroser tout ce petit monde, la carte des vins est variée, réservant quelques pépites et quelques surprises, entre vins nature et classiques français.

Quid des desserts ? Admettons-le sans peur, ce fut une véritable bacchanale de sucre, de fraîcheur et de réconfort. Une Pavlova légère et croustillante à la lavande, citron et cassis juste acide, qui nous rafraîchit encore rien que d’y penser, une tarte aux fraises, framboises et pistaches toute en douceur et en crème, un gâteau coulant au chocolat délicieusement régressif -on a rarement vu un cœur fondant aussi réussi. Le temps nous aura manqué pour goûter le Poulet aux écrevisses de Napoléon à Marengo : on reviendra.

week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-13

 

Il a bien fallu quitter l’hôtel le temps d’une ou deux journées, pour avoir quelque activité à vous proposer, fidèle lecteur ! Réjouissez-vous, de ce côté du Var, on peut découvrir le massif de l’Estérel pour les amateurs de randonnée et de points de vue, descendre à la mer du côté de Saint-Raphaël (on vous recommande de déjeuner aux Roches Rouges, pour la vue mer infinie et les deux piscines, autre décor, autre ambiance) et des Issambres, où l’on a siroté avec joie une limonade au Centre, un restaurant -vide- de plage, sis sur les rochers, à pic sur l’eau. Ne manquez pas, sur les hauteurs de Fréjus, la chapelle dite Cocteau, le dernier projet de l’artiste avant sa mort, toute en grès vert, décorée de mosaïques de sa main et de fresques d’après ses dessins.

week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-18
week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-19
week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-20

 

En remontant dans les terres, arrêtez-vous à la chapelle Sainte-Roseline, aux Arcs, dotées d’oeuvres de Marc Chagall et de Diego Giacometti par Marguerite Maeght. Puis, au Muy, prenez rendez-vous à la fondation Bernar Venet (dont on vous parlait ici) et à celle de la galerie Mitterrand, le Domaine du Muy. Enfin, arrêtez-vous au hasard des petits villages, comme à Fayence… N’oubliez pas que vous vous trouvez, à Seillans, dans l’un des plus beaux villages du Var : il vous faudra faire le tour du village, à la manière des papés. Vous pourrez y admirer -de l’extérieur- la maison de l’artiste Max Ernst et de Dorothea Tanning.

week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-16
week-end-var-hotel-2-rocs-les-hardis-17

 

Pas étonnant que le couple d’artistes majeurs du XXe siècle se soient installés ici, juste à côté des Deux Rocs. Après le foisonnement des mouvements Dada et Surréalistes, les voici projetés dans ce calme absolu, seulement interrompu par le bruit de l’eau qui s’écoule doucement de la fontaine, entrecoupée de quelques clapotis. Un bruissement de feuilles, quelques voix… Cela pourrait être le début d’un roman : à l’hôtel des Deux Rocs, devant la fontaine d’Amont, face à la porte sarrasine du village perché de Seillans…

E.C

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
La tête dans les nuages avec Sarah Moon

La tête dans les nuages avec Sarah Moon

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Parigot, tête de veau

Parigot, tête de veau