3 expositions de galeries parisiennes,

A ne pas manquer avant les vacances

Art

23JUIL. 2021

newsletter

Art

3 expositions de galeries parisiennes

A ne pas manquer avant les vacances

23 JUILLET . 2021

Écrit par Laure Martin

Photographies par Claire Dorne, Gregory Copitet

Il fait beau, il fait chaud et vous n’êtes toujours pas parti en vacances ? Pas de panique, c’est bientôt votre tour ! En attendant de bronzer sur la plage ou au bord d’une piscine, venez profiter de la dernière semaine d’ouverture des galeries parisiennes pour préparer votre esprit à la déconnexion. Suivez le guide, c’est maintenant ou jamais.  

3-expos-galeries-paris-les-hardis-7

Underwater, Adrien Belgrand (2021), exposée à la galerie Paris-Beijing. DR

1. Galerie Paris-Beijing : on dirait le sud

À l’approche de l’été, la galerie Paris-Beijing a décidé de nous faire voyager sans quitter Paris. Placé sous le signe du farniente, l’exposition Here, there, Somewhere présente les travaux de six artistes contemporains : Dorian Cohen, Marion Charlet, Volkan Aslan, Mehmet Ali Uysal, Adrien Belgrand et Martin Parr.

3-expos-galeries-paris-les-hardis-5

© Laure Martin pour Les Hardis

Dès le début, la rêverie est totale… Les célèbres photographies de touristes et de vacanciers de l’œuvre de Martin Parr nous donnent immédiatement envie de trouver une place sur une plage de sable chaud afin de languir au soleil tandis que l’œuvre Underwater d’Adrien Belgrand – aux fausses allures d’une peinture californienne de David Hockney – nous rappelle la douceur et la fraîcheur d’une piscine… qui semble être omniprésente dans les intérieurs colorés et surréalistes de Marion Charlet.

3-expos-galeries-paris-les-hardis-6

Mais c’est là, juste au milieu de toutes ces représentations figées, que l’œuvre de Mehmet Ali Uysal matérialise à elle seule l’envie qui ne nous a pas quitté depuis que nous sommes entrés dans la galerie, celle de nous jeter à l’eau. Plouf. Et il nous semblerait presque, avec un peu d’imagination, entendre le bruit de l’onde résonner dans l’espace de la galerie.

 

 

2. Julije Knifer : du noir, du blanc et bien plus encore à la Galerie Frank Elbaz

Très peu montré au public, le travail de l’artiste croate Julije Knifer est pourtant d’une grande richesse intellectuelle et picturale. Pour cette exposition d’une rareté inouïe, la galerie Frank elbaz rassemble pas moins d’une dizaine d’œuvres emblématiques de la production de l’artiste. De quoi remonter le temps et nous transporter au cœur des réflexions théoriques de la pratique artistique des années 1960.

3-expos-galeries-paris-les-hardis-3

© Julije Knifer. Copyright the estate of the artist and galerie Frank Elbaz

S’il est aujourd’hui presque tombé dans l’oubli, Julije Knifer est pourtant l’une des figures majeures de l’avant-garde est-européenne. Grâce à une vision unique, son travail pictural marqué par une production noire et blanche n’a de cesse d’interroger le concept même de l’objet d’art.

3-expos-galeries-paris-les-hardis-4

© Julije Knifer. Copyright the estate of the artist and galerie frank elbaz

Par l’usage d’un langage minimal, les œuvres – sans titres – composées principalement de lignes brisées dont la forme et le fond se confondent, illustrent à merveille la théorie de l’abstraction en peinture. Plus d’objet. Plus de perspective. Plus d’espace. La perception perd son évidence et le sens de l’œuvre, appartient au spectateur. Bercés par le caractère répétitif de l’unique motif qui compose les œuvres exposées, nous sommes ainsi invités à nous laisser aller… Et à faire parler nos imaginaires.

 

 

3. Marie Hazard : Fragment d’une tapisserie amoureuse à la Galerie Mitterand

Il y a de ces expositions dont on sait qu’elles vont nous plaire dès le premier regard. Rendez-vous de Marie Hazard est de celles-ci (photographie à la une, ndlr). Nichée dans l’une des plus prestigieuses galeries parisiennes, la Galerie Mitterrand, l’exposition de cette jeune artiste textile très prometteuse présente un ensemble d’œuvres inspiré de sa lecture des Fragments d’un Discours Amoureux de Roland Barthes (Si vous n’avez d’ailleurs pas encore eu l’opportunité de feuilleter ce sublime texte, on ne peut que vous recommander de l’ajouter sur votre liste de lecture pour l’été).

3-expos-galeries-paris-les-hardis-1

© Marie Hazard, Courtesy Galerie Mitterrand. Photo Grégory Copitet.

Là, dans l’enceinte de la galerie, baignée de lumière estivale, les œuvres de petits formats aux couleurs mélangées et chatoyantes de l’artiste prennent place à côté d’un monumental métier à tisser en bois. Véritable dialogue scénographique entre l’ancien et le moderne, les délicats tissages de Marie Hazard invitent le spectateur à imaginer les possibilités de la matière, du fil, de la couleur, des formes, des mots… et de l’amour. Entre réalité sémantique et subjectivité émotionnelle, le temps s’arrête et les pensées affluent face aux œuvres.

3-expos-galeries-paris-les-hardis-2

© Marie Hazard, Courtesy Galerie Mitterrand. Photo Grégory Copitet.

Il ne nous reste qu’à conclure par les mots de l’artiste : « ce que j’aime est qu’il n’y pas de durée, c’est-à-dire qu’on peut éprouver un fragment pendant une certaine période de temps. On ne sait pas quand cette période va s’arrêter, avant de passer à la suivante. Chaque fragment est pour moi une période particulière. »

L.M


Galerie Paris-Beijing,
Here, there, somewhere, exposition collective, jusqu’au 31 juillet 2021

62 Rue de Turbigo
Paris III

Galerie Frank Elbaz,
Julije Knifer, jusqu’au 31 juillet 2021

66 rue de Turenne,
Paris III

Galerie Mitterrand,
Rendez-vous, Marie Hazard, jusqu’au 31 juillet 2021

79 Rue du Temple
Paris III

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
Beau livre : Venise sous le règne de la Café Society

Beau livre : Venise sous le règne de la Café Society

Ajouter à mes favoris Supprimer de mes favoris
La vraie recette de la soupe au pistou

La vraie recette de la soupe au pistou